J 12 Blois Amboise

Nous posons devant les œuvres picturales du papa de notre amie Marie-Christine dans la salle des Châteaux de l’hôtel de France et de Guise pour lui rapporter de beaux souvenirs.

Le kayak est chargé dans le fourgon et nous roulons en quête d’une jolie petite plage pour une mise à l’eau tout en délicatesse. Après quelques kilomètres de recherche vaine, nous revenons sur Blois et changeons notre stratégie. Nous mettons notre embarcation sur son chariot et partons sur le chemin de halage pensant trouver notre idéal. Certaine disait «Anne ma sœur Anne ne vois-tu rien venir ?» Nous avançons péniblement tirant notre kayak dès le matin ressassant cette pathétique requête. Lasses de cet effort nous traversons les herbes hautes où seuls nos chapeaux émergent, pour rejoindre la Loire. C’est en s’enfonçant dans la vase jusqu’à mi-mollet qu’enfin nous posons nos augustes postérieurs dans notre bateau. Il est 11h00 et nous avons 35km à parcourir !

Les bras déjà fatigués nous voguons sur la Loire au tain argenté reflétant nuages et verdure.

La plénitude nous emporte dans les rêveries. Nous avançons au rythme des pagaies quant au sortir d’une courbe les toits d’ardoise du château de Chaumont percent les bois narguant royalement la Loire. Passées le pont nous contemplons émerveillées ce chef-d’œuvre.

Nous reprenons notre rythme Charles nous attends pour notre repas de gastronomique digne du Kayak de L’Espoir, conserves, compotes et barres de céréales !

Nous préparons nos contes du soir. Le ciel quitte ses nuances bleues pour des dégradés du gris perle au gris anthracite.

Nous repartons. Le chant des mouettes mélano-céphalées titillent nos tympans, quand la violence d’un coup de tonnerre les agresse. Les pagaies s’agissent, le kayak prend une vitesse record, dans l’angoisse nous puisons toute notre énergie. Quelques gouttes rebondissent sur la surface lisse du fleuve. La pluie abondante nous détrempe, les chapeaux pleurent. La Loire grésille. Nous longeons la rive pour nous protéger de tout caprice de l’orage. Nous accostons sur une plage. Isabelle par sa phobie des orages entame une jolie danse. Le calme ne revient pas nous repartons. Enfin Amboise apparaît au fond du rideau de pluie. Au pont, des trombes d’eau remplissent le kayak. Ciel et fleuve qu’un ne font qu’un. Un peu plus loin nous percevons un coin de ciel bleu nous nous remotivons. Les efforts sont puissants et nous arrivons à l’île d’or sous le soleil. Le comité d’accueil nous applaudit stupéfait de nous voir dégoulinantes. Nous passons une haie d’honneur de personnages médiévaux acteurs des spectacles du château d’Amboise.

Une démonstration de folklore local nous est présentée. Les discours des Lions et des élus municipaux, départementaux et ministériel à l’intention de notre défi et de notre cause sont éloquents. Notre prenons au fil des jours conscience de l’impact de notre mission.

Un monsieur greffé depuis 10 ans nous témoigne son expérience. Quelques formulaires se remplissent. Et la promesse de la promotion du don de moelle osseuse est assurée et soutenue par tous. Madame Greff député et ancienne ministre s’en porte garante.

Un cocktail convivial est servi.

Nous prenons nos chambres chez Jean-Jacques. Un diner dans un restaurant gastronomique au cœur de la ville nous est offert. Nous terminons notre soirée par une promenade digestive dans centre historique d’Amboise

Prochaine étape Amboise Tours 25km

plus de photos sur le page FB lekayakdelespoir

><
1/3